RECIT DU VOYAGE

 

Croisière polaire à Ouessant

 

Neige à l’embarquement au Conquet, grêle au débarquement à l’Ile d'Ouessant… vingt téméraires se sont lancés à la conquête de l’Ile  dans des conditions météorologiques exceptionnelles mais qui apercevant la silhouette de " l’Abeille Bourbon" en alerte au port se sont demandés ce qui les attendait…

 

 

 

 

Premier jour: 

 

Première  joie, première bonne surprise : le vent a poussé notre embarcation au pied de l’hôtel à Lampaul et nous a permis d’admirer de très près les phares de Kéréon, de la Jument puis les rochers placés en sentinelle à l’entrée de la jolie baie de Lampaul.

 

Première impression : l’ile est grande, aux côtes très découpées ;  à gauche, le bourg de Lampaul signalé par les néons verts de la pharmacie et dominé par le clocher de l’église ; à droite des champs déserts, quelques maisons de ci de là, un calvaire qui domine la mer.

 

Installation dans nos chambres à l’hôtel (4 avec vue mer) et au Cemo.

 

Premier réconfort : un bon moment passé autour de l’apéritif préparé dans la salle des fêtes par l’hôtel qui nous a fait chaud au cœur -pour le corps, ce fut un peu plus long…

 

Première visite : musée des phares et balises. Les plus téméraires s’y sont rendus à pied, les autres en taxi…

Nouvel enchantement : le site du phare, est remarquable même balayé par un vent fort et glacial, tellement fort que nous avions peur de nous envoler!

 

Visite guidée des systèmes optiques, courte projection sur la vie des gardiens de phares, courte sieste pour les lève-tôt  que le vent et le froid avaient achevés.

 

Dernière récompense de la journée : rires et explosions de joie autour du repas du soir composé d’un plat original, placé sous une motte de terre et d’herbes pendant la cuisson… le pot au feu de mouton accompagné de légumes et de pommes de terre fondantes, imprégnées du bouillon de cuisson !!!

 

Deuxième jour:

 



Visite du sud de l’Ile pour ceux qui logeait au CEMO, visite du musée du Niou pour les autres. C’est un musée d’habitations traditionnelles préservées dans leur environnement. Les grands jardins autrefois richement cultivés par les femmes de marins sont aujourd’hui tristement vides et remplacés par les friches, ronces et roselières.

 

 Notre guide a tenté de nous mener le long de la côte mais vent et pluie en ont décidé autrement. Les oiseaux se cachaient et seuls quelques lapins, une chèvre et un agneau se sont laissés apercevoir.

 

Mais « Au club nautic, on est pas fou, c’est sympathique d’être en nous. S’il y a un hic, ou un coup de mou, Notre politique, C’est d’boire un coup!… » un bon saucisson apporté par Annie Cuisy nous attendait avec l’apéritif au Café et nous avons déjeuné d’une succulente saucisse d’Ouessant partagée avec le Conseiller Général de l’Ile dont nous avons apprécié la verve.

 

Puis l’heure du retour a sonné, agrémenté d’une courte escale à Molène.

 

Le froid, le vent ont exalté les moments de bonheur vécus au cours de ce séjour et les ont rendu inoubliables.

 

(Lisbeth & Alain Warmé)