Echouage d'un palangrier dans la baie d'Audierne

 

Les deux marins sont sains et saufs !!! La baie d’Audierne est malheureusement coutumière de ce type d’échouage.

La lecture de ce fait divers entraîne toujours une multitude de questions : la première d’entre toutes, cela aurait-il pu nous arriver ? L’homme à la barre s’est-il endormi ? Est-ce une défaillance du pilote automatique comme on le laisse entendre ? … ? … ?

La nuit, il est conseillé que le poste de barre soit occupé en binôme : l’un barre, l’autre veille. Mais en équipage réduit, cela n’est pas toujours possible. Qui peut affirmer ne s’être jamais assoupi à la barre même quelques secondes ?

Heureusement, la technique nous aide.

Avec certains systèmes GPS, il est possible de définir un balisage de route ou bien un cercle de sécurité lorsque l'on est au mouillage. Dès que le bateau sort de cette zone , une sonnerie retenti.

Par ailleurs, il faut penser tout de suite à mouiller une ancre dès que l'on s'approche de la cote.

Les photos nous montrent bien que cette option aurait permis de sauver le bateau.

L’équipage aurait sauté à l’eau avant de toucher les rochers et d'autres questions se posent : quand faut-il quitter le bateau ? Faut-il le faire juste avant de toucher la cote, mais gare à ne pas se faire rouler dans les rochers ou bien faut-il attendre le contact?

 

Alain Warmé